Non, car les expositions subies ne sont pas toujours innocentes et le caractère répétitif de certains examens ou traitements n’est pas sans effet sur la santé.  A titre indicatif, signalons par exemple, qu’un scanner du thorax conduit à une exposition plusieurs centaines de fois plus élevée qu’une radiographie dentaire.

Il est donc particulièrement recommandé de garder, avec son médecin traitant, une vue d’ensemble sur la fréquence et le nombre de scanners/radiographies que l’on subit périodiquement.

Les appareils utilisés en médecine nucléaire sont agréés par les autorités et calibrés selon des normes déterminées par les fabricants en concertation avec le monde médical. Le fonctionnement de ces appareils est contrôlé régulièrement par un Organisme de Contrôle agréé, comme l’est Bel V, et par un expert en radiophysique médicale.  Bel V est aussi en mesure d'offrir des services de radiophysique médicale.

En médecine et imagerie nucléaire, chaque patient constitue un cas particulier qui fait l’objet d’une approche globale, déterminée au mieux de ses impératifs de santé. Le législateur n’a dès lors pas établi de limites strictes à respecter. L’utilisation des rayonnements ionisants à des fins diagnostiques ou thérapeutiques doit cependant être dans tous les cas justifiée.

FAQ List